Tous nos sites et sites référencés

Consensus d'expert sur la dénervation rénale

Mis à jour le 11/04/2012 par SFR

Rédigé par les experts de la SFHTA, de la SFC et du GACI et de la SFR afin de fournir des repères et des règles de bon usage aux médecins cliniciens et interventionnels concernant la dénervation rénale pour le traitement de l’HTA.


La dénervation rénale par voie endovasculaire est une méthode nouvelle qui permet la destruction de fibres nerveuses sympathiques qui cheminent dans l’adventice des artères rénales. Une étude clinique randomisée a montré une baisse de la pression artérielle chez des hypertendus résistants aux médicaments antihypertenseurs.

En 2012, le consensus d’expert limite l’indication de la technique de dénervation rénale aux patients qui ont une HTA essentielle non contrôlée sous quadrithérapie ou plus, avec un traitement comportant au moins un diurétique, la spironolactone à la dose de 25 mg ayant été inefficace, avec au moins une PAS > 160 mm Hg et/ou une PAD > 100 mm Hg en consultation et la confirmation d’une PAS > 135 mm Hg et d’une PAD > 85 mm Hg en automesure ou par MAPA (période diurne), avec anatomie des artères rénales compatible avec l’intervention (2 reins fonctionnels, absence d’antécédents d’angioplastie). La dénervation rénale est une intervention complexe pouvant présenter des risques de complication artérielle et une formation est nécessaire pour l’utilisation du matériel spécifique.

Le traitement antihypertenseur ne sera pas interrompu dans les suites immédiates du geste de dénervation rénale car l’effet sur la baisse de la pression artérielle est retardé et atteint son effet maximum après 3 mois. La surveillance de la pression artérielle, de la fonction rénale et de l’anatomie des artères rénales est nécessaire après 12 mois et 36 mois.

Le consensus d’expert recommande l’inclusion dans un registre spécifique de tous les patients ayant bénéficié en France de la technique de dénervation rénale.

Mars 2012

Télécharger le texte rédigé par le consensus d’experts